Interwiew D’Awen Delaval créateur de Samatoa , centre de commerce équitable au Cambodge.

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Awen Delaval, créateur de Samatoa

Awen1) Bonjour Awen, comment vas-tu ? Quel temps fait –il en ce moment à Siem Reap ?

42 degrés, très humide !!! Pas évident de couper les tissus tout en bénéficiant du ventilo…

2) Raconte-nous ton parcours avant Samatoa.

Grandi 20 ans dans le centre-Bretagne, je suis né a Kergrist-moelou, grandi a Rostrenen, Glomel, Carhaix et Rennes. Ingénieur Telecom et commercial pendant 5 ans a Cachan et le 19eme de Paris.

3) Comment t’es venue l’idée de créer cette coopérative de commerce équitable au Cambodge ? Etais-tu déjà venu dans ce pays ? As-tu eu un coup de cœur pour le pays ou as-tu immédiatement songé que tu pouvais aider ces familles pauvres?

En 2001, je découvrais le Cambodge, le Laos, le Vietnam et l’Indes dans un voyage de 4 mois en touriste. Le Cambodge me marqua particulièrement. Touchés par la misère ambiante et en dépit de l’aide internationale, l’idée émerge d’y poser les bases d’une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. A Paris, j’adhère à l’association Rencontres Scolaires Nord Sud. Nous montons un groupe de travail qui s’orienta très vite sur le commerce équitable au Cambodge. Fin 2002, nous partons (3 bénévoles) au Cambodge compléter l’étude du projet sur le terrain pendant un an. Toute l’année 2003, nous rencontrons, échangeons, discutons, avec les différents acteurs de projets d’insertion pouvant amener à une structure pérenne inscrite dans la démarche du commerce équitable. Notre étude prouve un potentiel économique et social du travail de la soie très important. La soie locale est très appréciée localement et par les touristes dont le nombre accroît sans cesse depuis la stabilité et l’ouverture du pays. Nous pensons que le commerce équitable est une alternative. En se fixant des objectifs sociaux, économiques et environnementaux, il constitue un moyen de créer une dynamique permettant au Cambodgiens de retrouver la dignité. En fév.2004, la coopérative est créée.

4) Que Signifie Samatoa ?

Equitable en Khmer

5) As-tu rencontré des difficultés liées à la culture ou à la politique du Cambodge en voulant créer Samatoa ?

Oui, bien sur. Nos cultures sont très différentes. Mais généralement elles se complètent très bien ! La politique Cambodgienne n’est pas un obstacle à partir du moment ou l’on comprend et respect les règles locales (bien qu’elles soient parfois incompatibles avec notre culture !).

6) Quand on démarre un tel projet, le fait-on dans l’esprit tranquille d’aider des personnes dans le besoin ou y a-t-il une notion de concurrence ? L’étude de marché est-elle nécessaire ou as-tu foncé avec les moyens dont tu disposais ?

Le projet Samatoa se doit d’abord d’être un succès commercial pour dégager des bénéfices nécessaires aux projets sociaux. L’étude de près de 2 ans fut nécessaire (1 an en Europe, 1 an au Cambodge). Dans notre cas, nous avons choisi un secteur ou la concurrence n’existait pas. La première originalité réside que les vêtements mélangent les tendances asiatiques et occidentales, ils sont dessinés par 2 stylistes français : Sébastien Wagnon et Claire Savatte. La deuxième originalité de Samatoa est que nous proposons tous les modèles en sur mesure, disponible en 2 jours sur place, à la boutique de Siem Reap au Cambodge, et en 10 jours partout dans le monde (par Internet : www.samatoa.com).

7) Sur le net, j’ai pu lire plusieurs articles disant que le commerce équitable n’était pas si équitable que ça car les familles défavorisées ne bénéficiaient pas des mêmes avantages sociaux que nous (assurance maladie, complémentaire, retraite), qu’as-tu envie de répondre à ça ?

On appelle ça des ‘’acquis sociaux ‘’ . Ca porte son nom. La France peut en être fier. Le Cambodge se reconstruit de 30 années de guerres. Deux pays dont l’histoire et le niveau de développement est très différents. La population du Cambodge ne peut malheureusement qu’attendre de se relever pour aspirer les mêmes avantages sociaux. Cependant je pense que c’est un faux débat. Tout le monde pourrait en principe disposer de ces acquis sociaux, la différence est que dans les pays les moins développés (socialement, économiquement, politiquement), la cotisation est souvent bien plus chère.

8) Que penses-tu apporter à ceux qui travaillent pour toi, humainement et socialement ?

Une opportunité de s’épanouir socialement, comme moi aujourd’hui. L’opportunité de découvrir tout d’abord la sécurité d’un salaire chaque mois, l’opportunité de pouvoir partager du temps avec sa famille et ses amis, l’opportunité de suivre des formations et l’opportunité de retrouver la dignité. Le sentiment d’appartenance à Samatoa est fort pour les producteurs. Leur expérience leur procure une satisfaction certaine de voir leur situation évoluer et parfois de voir leurs rêves se réaliser. Ce que je leur dis toujours est que c’est qu’ensemble qu’on décrochera les rêves.

9) Le Cambodge était un des grands producteurs de soie au monde, aujourd’hui 95% est importée du Vietnam, que s’est-il passé ?

Apres 30 années de guerre et de destruction totale des plantations de mûriers et des élevages de vers a soie, la production reprend lentement. De nombreuses associations ont aidés à la relance du secteur de la soie (formation, équipements, …). Les producteurs de soie cambodgiens ont désormais besoins de débouchés réguliers, pérennes et suffisamment rémunérateurs pour faire vivre décemment leur famille.

10) La soie que tu vends est tissée main et teinte selon des principes ancestraux donc la moins polluante possible (sans métaux lourds, sans azoïdes, …), mais d’où provient le fil ? As-tu également pris sous ton aile un élevage de vers à soie ?

Nous réalisons des tissus 100% cambodgien à Phnom Srok, à 1h30 de Siem Reap, seul village de production de la soie khmère. Tout est fait sur place : plantations de mûriers, élevage de vers, dévidage des cocons, filage, bobinage, décreusage, ennoblissement, coloration et tissage. Le tissu obtenu est un tissu de qualité mixte (entre la soie sauvage et lisse). Malheureusement la production de fil reste trop faible pour une production en série. C’est ainsi que nous utilisons dans le tissu que vous commandez en grande partie du fil vietnamien. Cependant, le tissu est toujours décreuser, ennobli, teint et tisse au Cambodge.

11) La plate-forme du Commerce Equitable a récemment fait l’objet d’un audit, peux-tu nous faire un rapide résumé des critères d’évaluation ? Quels sont les points importants que l’on vérifie ? Et que dit grosso-modo le rapport ?

Le but de l’audit est de faire une évaluation de l’entreprise suivant 3 axes : économiques, sociales et environnementales. L’objectif est d’en dégager un plan d’améliorations permettant d’aider l’organisme audité a tendre vers plus de respects et plus d’engagements envers les principes du commerce équitable défini par la plate-forme du commerce équitable. L’audit réalisé en février est en cours de validation par la plate-forme. Je vous en dirai plus très prochainement.

www.angkor-multiservices.com                  contact@angkor-multiservices.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »